Les ivoiriens n’attend pas beaucoup du scrutin!



 

Abidjan, Ivory Coast  Le 8 novembre prochain les Etats unis connaîtront leur 45 ème président qui prendra fonction le 17 janvier 2017. Les africains et le monde entier se tournent vers le pays de l’oncle Sam.

flickr/cc/DonkeyHotey

La Côte d’Ivoire n’est pas en reste. Même si l’élection de Barack Hussein Obama a suscité a beaucoup d’espoir chez les ivoiriens comme chez l’ensemble des africains, le scrutin de 8 novembre ne semble pas emballer l’opinion publique nationale. Les réactions vont dans tous les sens. Les parties sont profondément partagées entre espoir et désespoir. Les panafricanistes voient d’un assez bon œil Donald Trump mais voient Hillary comme la candidate de «l'establishment».

Ils estiment qu'avec Trump, les choses pourraient évoluer positivement. Surtout au niveau de la politique étrangère où l’interventionnisme des Etats Unis comme le gendarme du monde est assez décrié. Tandis qu'avec Hillary, pour eux, c'est la continuité de la politique « destructrice » des USA. Interrogé sur la question, Roger Youan, Cyber activiste et président du mouvement de pression politique « Coalition ça suffit », est on ne peut plus clair : « Je n'attends rien de cette élection. Si le passage de Obama ne nous a rien apporté ce n'est pas l'arrivée de Hillary Clinton ou Donald Trump qui changera quelque chose ». Un pessimisme noire, partagé, chez une frange de la population. Le journaliste Bloggeur, Abraham Kouassi n’est pas plus optimiste. Il pense que « fondamentalement ça ne va rien changer. Ceux qui ont cru que Barack « l'africain » allait faire bouger les choses ont vite déchanté. Ces pays ont une longue histoire de politique étrangère qui change très peu quel que soit les régimes ».

Il est question de choisir entre mauvais et pire

En somme, l’élection d’un tel ou un tel n’aura pas grande incidence sur la perception qu’ont les ivoiriens sur la politique étrangère des USA. Toute chose confirmée par un diplomate en poste à Abidjan qui a requis l’anonymat. « Il est question de choisir entre mauvais et pire. Trump est pire », fait-il savoir. Une affirmation renchérie par un observateur averti de la vie politique et expert en Droit de l’homme. Wenceslas .W.: « Je ne pense qu’il ait grande incidence. Sauf que le pouvoir de Ouattara gagnerait plus si Hillary Clinton passait. Parce que les connexions des couples Ouattara et Toungara dans les entourages de Hillary Clinton sont très poussées ». Les ivoiriens dans l’ensemble ne veulent plus placer dans une quelconque politique étrangère d’une puissance mondiale. L’espoir placé en Barack Obama n’a donné les résultats escomptés.

Publiziert November 2016