Du harcèlement sexiste au pays des droits de l'homme



 

Orléans, France  Cent pour cent des femmes françaises sont au moins une fois dans leur vie victimes du harcèlement sexiste dans les transports en commun. C’est le résultat d’une enquête réalisée en avril 2015. Suite à cette publication, les médias se sont mobilisés autour de la problématique, révélant des chiffres alarmants.

#stopharcèlementderue, Paris 2014 flickr/cc/Denis Bocquet

C’est ainsi que le gouvernement français s’est emparé du sujet en mettant en place dès juillet 2015 un plan de lutte contre le harcèlement dans les transports. Celui-ci prévoyait une campagne de sensibilisation avec la création de visuels faisant référence au harcèlement dans le métro parisien et d'un hashtag #HarcelementAgissons. Ainsi, durant les derniers mois, nombre de documents ont vu le jour énonçant et rappelant les droits des victimes du harcèlement.

Cependant, la législation reste lente face à ce problème récurant. Il semble très difficile pour une victime de harcèlement d'avoir recourt à des moyens permettant de punir son agresseur. De plus, le 28 janvier 2016, le Sénat refusait de légiférer sur le sujet sous prétexte qu'il s'agisse d'un problème difficilement définissable et éparse, difficile à saisir et compliqué à sanctionner.

On rappelle que le Sénat français compte 142 hommes et 33 femmes, et que ces derniers n'empruntent pas les transports publics. Ainsi, il y a peu de chance qu'eux-mêmes ou un membre de leurs familles subissent les désagréments de comportements abjects présents dans l'espace public français.

Nous assistons à la banalisation d'un problème depuis trop longtemps

Durant des centaines d'années, la politique, les lois et l'orthographe ont été faits par les hommes pour les hommes. La situation des droits des femmes en France a commencé à s'améliorer après la seconde guerre mondiale seulement et aujourd'hui, une femme peut travailler sans l'autorisation de son mari, posséder un compte en banque à son nom, choisir de se marier ou non, choisir d'avoir des enfants ou non. Ceci n'est pas le cas de la majorité des femmes dans le monde.

Cependant, les efforts se sont relâchés et nous entendons jusque dans les bancs de l'Assemblée Nationale des insultes sexistes envers des intervenantes politiques femmes. On assiste à la banalisation d'un problème contre lequel il devient de plus en plus difficile de se battre.

Marie Le Vern, députée PS à l'origine des amendements sur le sexisme dans le projet de loi, explique que "Le sexisme est si bien ancré dans notre pays que, la plupart du temps, on y prête peu attention. Véhiculé par les médias depuis des décennies, entré dans les mœurs, devenu banal, intériorisé par les femmes et assumé par ceux qui le pratiquent sans parfois même s'en rendre compte, ce sexisme, puisqu'il est, en partie culturel, est difficile à combattre."

Des Sénateurs qui ne se sentent pas concernés

Le 10 février 2016, le Sénat a finalement vu réintégré l'article 14 sur le harcèlement sexiste dans les transports publics. Ce seraient les députés de la commission mixte paritaire chargés des amendements sur le sexisme qui l'auraient réintroduit et non les Sénateurs, qui selon la député Marie Le Vern, "ne se sentent pas concernés". On peut lire sur Public Sénat que l'institution se félicite tout de même "d'avoir pu, par sa rigueur, faire avancer la proposition de loi dans son aspect sur le harcèlement"…

La loi prévoit de former le personnel des transports publics à la lutte contre les violences sexistes. Les transporteurs devront rendre compte des mesures prises contre le harcèlement. Il s'agit de la première proposition publique sur un problème tout simplement écarté la plupart du temps par les pouvoirs publics.

En France, le harcèlement sexiste ne se cantonne pas à l'espace des transports publics, il est présent partout, au travail, dans la rue, à la maison. Il est grand temps que les pouvoirs publics s'emparent du sujet même si le travail risque d'être long. Le 11 février dernier, la naissance d'un "ministère de la famille, de l'enfance et des droits des femmes" a encore fait rire jaune toute la communauté féministe…

Publiziert Februar 2016